Publié le 24 Mars 2015

Evidemment les résultats des élections départementales ne satisfont pas tout le monde. Mais si certains s'y voyaient déjà, leur désillusion est bien grande aujourd'hui.

Que d'efforts bien mal récompensés ? Regrouper 1000 personnes aux Capellans, c'est un exploit en soi, mais cela ne va pas bien loin. C'est dire que de nombreux voisins, d'on ne sait où d'ailleurs, sont venus remplir les chaises. Sinon il aurait, en une seule soirée regroupé la moitié de ses votants qui n'ont été qu'un peu plus de 2100 sur la commune.

D'où venaient ils donc ?

Alors pour défendre une position difficile, le grand partisan nous sort des affaires du PS. Je cite "l'époque Fabius 1er Ministre, la magnifique Edith Cresson, les affaires URBA, la fille cachée Mazarine qui a plombé le budget de l'État ". Mazzarine qui a plombé le budget de l'Etat, on rigole. Mais ne sait-il pas que le PS n'est pas qualifié pour le deuxième tour ? Ou alors, il a confondu avec le canton d'à côté où une opposante locale s'est portée candidate (il va y avoir de l'eau dans le gaz si elle est élue). Se trompe t'il de combat ? Il y a une perte de repères.

On peut aussi parler de Bygmalion, de BALKANY, de DASSAULT, de GUEANT ( ses primes en espèces, ses tableaux ..), des Frégates, de KHADAFI.

Tout comme le grand partisan, j'ai pris bien soin de ne pas donner d'exemples locaux: la page aurait été trop petite.

Tout cela ne fait pas un thème de campagne, mais de bas fonds. Mais on fait ce qu'on peut dans le délai imparti.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 22 Mars 2015

Lors d'une dernière élection partielle où se retrouvaient au second tour un candidat PS face à un candidat FN, le bureau de l'UMP, après gros débat, a donné comme consigne de vote ni , ni.

Cette fois, sur le canton de la Côte Sableuse, le sable est très fin et Mme Barrère est sans doute à l'origine du bon score sur Canet.

Au final 283 voix d'écart alors que sur Canet nous avons 465 voix d'écart, c'est dire que 182 voix ont été perdues sur les autres communes.

Nul n'est prophète dans son pays,...sauf à Canet.

Alors, on fait le ni, ni ?

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 22 Mars 2015

C'est le thème dont on commence à nous rabâcher les oreilles un peu partout dans les médias depuis quelques mois. Le CAC 40 n'est-il pas à 5000 ?

Ce qui est moins sûr, c'est que de nombreux chômeurs vont avoir encore beaucoup de mal à retrouver du travail et devront se resserrer la ceinture d'un cran supplémentaire.

Les retraites vont mal, le régime complémentaire est à l'agonie.

Mais une grande caste de citoyens ne sont jamais remis en cause: nos élus n'ont, à aucun moment, décidé de se serrer la ceinture: la soupe est bonne, aussi en ce jour d'élection. Mais heureusement nous avons des élus qui ont le sens des responsabilités, le sens de l'avenir et un sens d'opportunité implacable.

Alors qu'un vague de conseillers vont se retrouver éliminés dès ce dimanche, alors que des maires n'ont pas le droit aux allocations de chômage, les parlementaires viennent d'adopter à l'unanimité (de l'Extrême Gauche à l'Extrême Droite, oui TOUS) la loi sur le statut de l'élu. Elle prévoit notamment de doubler la durée d'indemnisation des élus après la fin de leur mandat. En plus, les élus pourraient transformer leur expérience en diplômes via le système de validation des acquis, une mesure qui vise à faciliter le reclassement en entreprise. Pour certains cela va être très difficile : déclarer "On vote" ne donne pas une qualification, même si on concède que le niveau baisse.

Ainsi, les élus locaux vont voir leurs allocations de fin de mandat passer de 6 mois à un an.

A quand le doublement des durées d'indemnisation des chômeurs ? Question Démagogique me direz vous ? Réponse à l'outrance…

Déjà, aujourd'hui après 5 ans de mandat, un député perçoit une allocation vieillesse de 1500€. Oui, seulement 5 ans et 6000€ après 20 ans!!

Sur le site de l'assemblée on trouve:

La durée de versement est limitée à 6 semestres (3 ans) au maximum.

L’allocation est dégressive : montant maximum égal à 100 % de l’indemnité parlementaire le 1er semestre (5 514,68 €), puis 70 % (3 860,28 €) le 2e semestre, 50 % (2 757,34 €) le 3e semestre, 40 % (2 205,87 €) le 4e semestre, 30 % (1 654,40 €) le 5e semestre et 20 % (1 102,94 €) le 6e semestre. Rien que cela!

Sur le site du Sénat, on trouve :

Les Sénateurs non réélus peuvent prétendre au versement d'une allocation d'aide au retour à l'emploi mensuelle et dégressive.,Elle est versée au maximum pendant 6 semestres, oui 3 ANS!!

Bien sûr cette loi ne sera pas applicable avant le 1er Janvier 2016.

La date du vote de cette loi n'a rien à voir avec les élections départementales mais au moment de placer le bulletin dans l'urne, comment ne pas y penser ?

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 19 Mars 2015

Depuis les 2 premières semaines de l'Affaire de Saint Cyprien, il est difficile et, sans doute, peu constructif, de continuer à évoquer une affaire, déjà pas jolie dès le départ dans le respect des contribuables et du droit manipulé.

Qu'en dire ?

Que des entrepreneurs se sont enrichis, à moindre frais ? Qu'ils n'avaient que la volonté de défendre leur entreprise et leurs employés pour leur donner un travail que nous avons grassement payé avec de l'argent public: les mêmes qui vont crier haut et fort sur les mauvais choix des politiques.

Que des élus ont pu tenir leurs postes, sans en connaître un iota durant 13 années ( en encaissant des indemnités suffisantes pour acheter un 2, voire 3 pièces), que d'autres n'ont rien vu durant 20 ans, etc ...

Que des fonctionnaires se sont pris au jeu. D'ailleurs, il semble être les seuls à avoir décrit et ou reconnu clairement leurs rôles.

Le point final a été donné par l'avocat mandaté par la Commune de Saint Cyprien qui a fustigé tous ces élus qui votaient le petit doigt sur la couture du pantalon!

Mais ça, c'était avant !!!

Et c'est maintenant encore.

Les élections cantonales arrivent ce week end et vous y trouverez encore de nombreux adeptes du petit doigt sur la couture du pantalon ...pour ceux qui les accompagnent.

Les sujets d'actualité sont autrement plus graves

"La crise en Ukraine? Nous l'avons créée nous-mêmes", ironise Poutine aujourd'hui.
Le libéralisme, entravé par le clientélisme, conduit depuis 30 ans par nos politiques de tous bords n'a t'il pas pour résultat le désordre subi par la population? Les politiques n'ont pas plus de pouvoirs que ceux que l'économie et quelques personnalités leur laissent (pour avoir la paix).
Il est difficile de se mobiliser pour une élection dont le contour futur est aventureux, sauf à en faire un plébiscite.
 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 22 Février 2015

La dernière semaine du procès se situe bien dans la même lignée que la précédente.

Un petit rappel : la semaine précédente nous avons vu défiler des "acteurs économiques" qui se sont tous placés sous le registre de victimes d'un système, en oubliant bien entendu de signaler qu'ils ont largement contribué à l'alimenter et, très subsidiairement à en tirer profit. Il ne faut pas l'oublier : chacun d'entre eux en a tiré profit : le fait d'avoir du passer par la coupe d'autres acteurs a simplement diminué leur profit.

Il est de notoriété publique que quand on demande à bénéficier d'une enveloppe, celui qui y contribue prend également sa propre marge ... pour le risque. Puisqu'on me demande 5% pourquoi je ne prendrai pas moi aussi 5%!! C'est la règle : la soupe est bonne pour tout le monde. Surtout quand celui qu'on charge n'est pas présent pour apporter le moindre contrepoids.

La semaine dernière, c'était le tour des élus aux manettes à cette période. Enfin, élus aux manettes ? Uniquement des fainéants qui durant leurs mandats n'ont rien vu, rien su et surtout rien appris. Des exemples ?

"L'urbanisme, je n'y connaissais rien"  Fabuleux pour un adjoint à l'urbanisme : c'était un sacerdoce. Même l'éducation nationale fait mieux au bout d'un temps beaucoup plus court. Par contre les indemnités perçues pendant tout ce laps de temps, il connait ? Combien de dossier entachés d'illégalité ont ils été signés par un adjoint qui n'y connaissait rien ? Un emploi fictif alors ? Sauf peut être pour la société dans laquelle son fils avait des intérêts. Passer pour un con ou nous prendre pour des cons ? Une mule qui n'hésite pas à déjeuner à la Tour D'Argent, cantine parisienne. That'is the question.

"J'étais l'adjoint le moins présent" dit l'autre. Ancien inspecteur de police, il n'a rien vu !! Il a dû être efficace dans les enquêtes qu'il a menées dans son ancienne fonction. En temps qu'adjoint "il a signé les yeux fermés" : c'est son nouvel employeur qui doit être ravi : cela va lui porter un sacré crédit à l'Ecureuil. C'est sans doute cette incompétence qui l'a amené dès le 5 Janvier 2009 à désolidariser toute son équipe de l'action de Jacques Bouille, sans doute sans se douter que certains d'entre eux iraient rejoindre la procédure. Il n'a rien vu et ne voit rien en l'avenir. Comment lui confier les destinées de la ville? Encore un qui n'a pas craché sur l'honorabilité des fonctions tenues et les droits que cela lui conféraient et les indemnités ? Encore un qui a exercé une activité fictive.

Tous ces élus n'ont eu aucune retenue à l'égard de celui qu'ils ont suivi : on charge, on charge car il n'y aura aucun démenti en face. La lâcheté est une amie qui sert parfois, même si aucun d'entre eux n'a été contraint de suivre Jacques Bouille à chaque mandat.

Les élus, y compris ceux qui sont actuellement élus, vont-ils prendre conscience qu'un conseil municipal ne ressemble pas à une colonie de vacances. Que ce procès serve à prendre leurs rôles avec sérieux. Manifestement, localement, le procès n'a pas porté ses fruits : combien d'adjoints se sentent à l'aise dans le domaine qui est le leur ? Certains l'ont bien compris: ils n'ont plus aucun poste d'adjoint ..... Briller mais sans risque.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 17 Février 2015

Thierry Del Poso n'a cessé de critiquer les blogs qui ne seraient que des ramassis d'informations de bas niveau, voire de caniveau.

La lecture et l'écoute des protagonistes sur l'affaire en cours démontrent que les informations qui ont filtré lors du démarrage du blog, informations contestées, critiquées, etc ... étaient bien loin de celles qui filtrent aujourd’hui. Mais on est complètement rassuré:

  • On n'est pas au Carlton !! Il est vrai que les adeptes de parties fines semblent nombreux dans la procédure, même si certains sont encore couverts à ce stade de la procédure. Cette facette de l'affaire a été sous estimée en 2008-2009, c'est presque une tournante de l'histoire ou une affaire qui capote.
  • D'autres prennent prétexte de "Il fallait vivre aussi" pour justifier la corruption. Que dire aux jeunes de banlieue sans travail et qui sont dealers à leurs heures pour vivre? On doit les arrêter et laisser d'autres en profiter.  C'est une justification à leur donner pour bon nombre de jeunes marseillais. Quelle maladresse!
  • D'autres ont une société florissante qui passe de 2 personnes en 2000 à 8 employés en 2008, roulent en Belle Allemande sportive garée en famille       ( pas BMW, on a vu à quel point c'était commun et repéré) en pensant que cela ne se verrait pas !!! Ou comment s'enferrer dans un piège qu'on a contribué à mettre en place. Il est exact que le point de retour dépassé, le piège se referme. Mais la grande vie, "le bureau" matinal et quotidien en mairie (pas pour venir apporter les croissants) en a fait parler plus d'un, surtout quand l'intéressé s'épanche avec moultes assurances vie. Il cache les tableaux dans un grenier sous le regard de Méli Mélo qui largue à la Police Judiciaire.
  • Enfin, des entrepreneurs dans l'immobiler, généreux et qui prêtent 300000€ au responsable de l'urbanisme. Qui verrait du mal à celà? De plus le responsable concerné a remboursé depuis. Donc, plus de faute. On se rappellera qu'un candidat à la présidentielle a lui aussi remboursé le "prêt" de son parti, mais reste poursuivi en justice. Sans l'éclatement de l'affaire dite de Saint Cyprien, qui peut dire si le remboursement aurait eu lieu ? La justice appréciera.

Une déclaration pourrait passer anodine et pourtant. Le journal L'indépendant titre en gros et en gras "Toute entreprise qui veut travailler à Saint-Cyprien doit passer à la caisse". Etonnant également.

Tout d'abord, cela signifie que beaucoup savaient et même une grande entreprise locale a été citée et n' a pourtant pas dénoncé les faits comme la loi l'y oblige?

Ensuite, pourquoi ce temps au présent? On peut s'interroger car bien souvent les mêmes entreprises travaillent sur le territoire alors qu'elles étaient décriées, mais ça c'était avant. Le temps n'est pas passé, pourtant c'est simple et la rupture était promise. Mais on sait que les promesses (train de vie, hauts salaires, économies, buffets, participation des citoyens, commissions...) c'est bien souvent du vent. On voit même certains représentants de ces entrepreneurs critiqués devenir encore plus proches d'élus de la commune....

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 8 Février 2015

Proche de vous, voir loin ...

C'était le thème de Thierry Del Poso lors de la dernière campagne municipale.

Alors que dans le procès qui se déroule actuellement sur l'affaire de Saint Cyprien, des avocats se plaignent de l'absence de certains témoins qu'ils veulent citer parce que leur emploi du temps ne leur permet pas de venir à PERPIGNAN, notre Maire, candidat aux prochaines élections départementales est occupé par sa campagne. Il va même sur le marché. Mais pour lancer la campagne, il vaut mieux utiliser une alcôve où l'afflux de visiteurs (10) permet de rapidement dire que la salle est pleine.

Généralement, les photos publiés, au service du candidat, sont à son avantage: angle choisi, luminosité choisie et je ne doute pas que dans la réunion retracée par Ouillade, ce ne soit le cas. Encore heureux sinon, qu'aurions nous pu voir ?

Que ne faut-il pas faire pour aguicher les gens à guichets fermés ?

L'article d'Ouillade ==<ICI>==

Il est vrai que les PO c'est la voiture Ballet, avec les Stars, car sur ce sujet, Saint Cyprien connait. Ballet, mais pas de la pauvreté, mais avec Julien.

Et pour flatter un électorat qui le sert, on dénonce déjà "une gestion trop sociale et sans contrepartie des bénéficiaires du RSA, par la Majorité départementale de Gauche". Mais cet électorat, tant convoité, se retrouve dans d'autres candidatures sur le canton !!! Il y a de la concurrence dans l'air. Cela manque de souffle!! On est dans l'intimité politique.

La prochaine réunion sera à faire dans un bocal . En période électotale , c'est une Tech Nique, comme une autre.

Nous savons tous qu'à Saint Cyprien, on n'a rien sans contrepartie mais quel exemple? Appliquer au département les méthodes de Saint Cyprien quelle ambition!!.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 6 Février 2015

La première période "sur les tableaux" nécessitait que tous les moyens soient utilisés pour que la place municipale devienne vacante. Une grosse pression sur la machine politico-judiciaire, une grosse pression sur les médias, des allers et venues à la Capitale pour rendre visite à des personnages importants... Il ira même jusqu'à donner des conseils aux services de la Police Judiciaire, pas sur un procès verbal, mais à un "ami" en lui conseillant d'homme à homme, d'entendre des personnes. Etait-ce de la manipulation ou du manque de courage ? Pourquoi ne pas assumer ? Ces faits ne seront connus qu'en 2012.

Pierre Fontvieille s’accroche désespérément à un siège qui deviendra éjectable. D'ailleurs son attitude obstinée, sans vision politique, l'a amené à devenir le meilleur soutien de Thierry Del Poso qui a profité de la caisse de résonance qui lui était offerte par cette obstination...

Que se serait-il passé si toute l'équipe municipale avait démissionné début Janvier 2009 et avec quelques ajustements, s'était représentée ? Qui était prêt ? Le grand paradoxe : Pierre Fontvieille et Thierry Del Poso, tous deux opposants et l'un sert l'autre ou l'autre sait se servir de l'un!!

En juin 2009, le terrain politique était libre, mais il fallait maintenant conquérir un électorat respectable : le souc avait ses limites. De plus, le décès de Jacques BOUILLE donne un ton dramatique à l'affaire. Cela impose un gros rétropédalage des dirigeants locaux de l'UMP, premiers pourfendeurs et de Thierry Del Poso qui passe du statut de "chevalier blanc" (selon Pierre-Marc)  à celui qui déclare dans l'Indépendant le 25 Mai 2009 :

"La mort d'un homme est toujours quelque chose de regrettable. J'ai été un opposant à Jacques Bouille avec qui j'ai toujours eu un débat d'idées courtois et digne. Aujourd'hui, il convient de garder en mémoire ce qu'il a fait pour la commune"

C'est le début de la reconquête de l'électorat de jacques BOUILLE, un ami presque ? Un ami qui aurait dû se souvenir de la discussion en tête à tête sur un club de plage.

Cette quête d'honorabilité ira même jusqu'au mensonge (assumé ou non). Dans l'INDEPENDANT du 14 Octobre 2011, il déclare:

L'indépendant : Vous êtes à l'origine de cette affaire ?

Thierry Del poso : Non. Les investigations duraient depuis 18 mois. J'ai simplement fait remarquer pendant la campagne que sur l'ensemble des pièces achetées par la commune sur les 5 dernières années, soit pour 10 millions d'euros, quasiment rien n'avait été exposé. Ensuite, le parquet m'a demandé une copie du constat d'huissier. Mais j'étais à mille lieues de m'imaginer que ces œuvres n'étaient pas entreposées dans des bâtiments de la mairie.

Mais qui peut le croire quand son directeur de cabinet le présente comme Monsieur Propre ?

Mais qui peut le croire quand il a déclaré au procureur " Mr BOUILLE possédait à son domicile personnel de Saint Cyprien, un nombre important d'oeuvres appartenant à la Commune" . Et il était à mille lieux d'imaginer ? Non, il n'imaginait pas, il a déclaré !!

Et dire que ."Le Parquet m'a demandé une copie du constat d'huissier" alors que par courrier en date du 7 Mars 2008, il (je cite) "dénonce le présent constat d'huissier à toutes fins utiles". Sans doute que le constat avait été perdu au Tribunal. C'est mensonger mais cela fait partie de la stratégie pour passer du statut d'initiateur à celui de suiveur contraint :

Au Début  ---> Mr PROPRE

Ensuite    ----> BLANC COMME NEIGE

On reste dans le décapage.

Alors on s'entoure de "beau linge", on fait mine de respect et surtout, Thierry Del Poso doit conquérir l'électorat de l'ancien maire parce qu'il faut se faire élire et devenir respectable aussi, en oubliant la période de la harange populaire, du téléphone levé bien haut pour démontrer qu'en sa qualité de personnage important, il est en ligne directe avec la justice : il se gava de paroles d'autrui.

En conseil municipal du 26 Novembre 2012, Jean Claude MONTES l'interrogeait sur son rôle dans l'affaire Bouille en lui demandant "Etes vous le tombeur de Jacques BOUILLE ? " La réponse fuse "NON ...D'ici à être le tombeur de Jacques BOUILLE, c'est un honneur et une responsabilité qui ne m'incombent pas". On appréciera l'élégance.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 4 Février 2015

La GAZETTE DES COMMUNES

Procès des pots-de-vin en œuvres d’art de la mairie de Saint-Cyprien ==<ICI>==

L'INDÉPENDANT

P.-O. : "L'affaire Bouille" expliquée en vidéo. Début du procès jeudi à Perpignan ==<ICI>==

Saint-Cyprien : l'affaire Bouille jugée à partir de jeudi ==<ICI>==

 

LA DEPÊCHE

Saint-Cyprien : pots-de-vin contre œuvres d'art : un procès hors norme ==<ICI>==

LA LIBERTÉ (Suisse)

Le procès de l'affaire de Saint-Cyprien démarre jeudi ==<ICI>==

LE MIDI LIBRE

Corruption à la mairie de Saint-Cyprien : le procès - hors norme - s'ouvre jeudi ==<ICI>==

FRANCE BLEU

Ouverture du procès de "l'affaire Bouille" à Perpignan ==<ICI>==

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié le 2 Février 2015

On se souvient tous du démarrage de cette affaire de Saint Cyprien sur une dénonciation autour de tableaux. Nous allons vous en brosser un.

Il est vrai que, durant quelques années, la ville de Saint Cyprien a beaucoup investi dans l'achat d’œuvres d'Art. Ces achats ont été votés lors de nombreux conseils municipaux antérieurs à l'année 2008. Jusqu'à la campagne 2008 ( une raison particulière ?), cela n'a ému quiconque, sans doute hormis lors de quelques discussions en ville.

Pourtant, lors de la campagne 2008, un tract sur "l'élu qui voulait devenir roi" circulait en ville. Au passage, il est intéressant de se remémorer certaines expressions :

Certains se virent attribuer des marchés publics, d'autres peuvent acquérir des terrains biens placés (NDLR: de circonstance), d'autres ....

Il est vrai que les temps ont beaucoup changés : certains peuvent avoir des terrasses sur le domaine public, d'autres sur la chaussée etc ....

Quand on sonne la charge, il faut se protéger, mais ce n'est pas le cas. Et pour une attaque qu'on veut politique, on s'adresse au ... Procureur, pas aux électeurs. Et après, nos élus de tous bords vont nous clamer haut et fort que la justice doit être indépendante. A moins que d'autres raisons n'aient justifié une intervention d'un candidat aux élections, par ailleurs avocat, auprès du Procureur de la République de l'époque. Ainsi par courrier du 7 Mars 2008 (en pleine campagne... élégant) Thierry Del Poso, par l'intermédiaire de la SCP DEL POSO-DONNEVE saisit le procureur pour lui faire savoir qu'il a fait réaliser un constat d'huissier et "démontrer ainsi, dans un but strictement politique (NDLR : mon oeil ..) le caratère outrancier de ces dépenses eut égard à l'endettement de la commune".

Nous savons tous quel est le rôle d'un procureur ...dans le cadre d'une dénonciation politique.

Nous savons tous qu'il n'y a aucune outrance à lancer la construction d'un terrain de boules à plus de 600 000€, d'un gymnase à plus de 4 000 000€. Selon le côté où l'on se trouve, la couleur de la valeur des choses peut changer.

Le constat fourni par l'huissier a surpris Thierry Del Poso qui ne savait pas où se trouvait les oeuvres. Dans le même temps, il avouera plus tard (en octobre 2008) que l'enfant du pays a, en plus de 40 années dans le village, visité les 2 musées, une fois chacun. Il est vrai qu'il existe de nombreux autres lieux plus décrispants à quelques pas.

Dans cette audition, la cible est évidente : c'est la place qui est voulue.

Et les tableaux : la conquête... pour le prochain épisode.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard