Publié le 31 Mars 2011

Une réunion est organisée à la Salle Pons Vendredi(demain) à 18h30.

Elle est l'occasion pour les citoyens interessés par l'avenir de l'intercommunalité de s'informer sur la complexité du dispositif législatif (au point que certains de nos élus, et pas des moindres,  se prennent les piefs dans le tapis dans les seuils concernés de 50 000 habitants et non 5 000 habitants) et des enjeux de l'avenir.

Cette réunion n'a pas pour objectif d'apporter LA solution, mais bien d'éclairer les citoyens.

Dommage que nous ne puissions compter sur nos élus pour avoir cette information

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 30 Mars 2011

LA CLAU

 

Pressions électroniques sur le maire de Saint-Cyprien, Thierry del Poso ==<ICI>==

 


Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 30 Mars 2011

Lors de la vente de l'assiette foncière (cette fois, on mange à la gamelle), le maire s'était empressé de nous annoncer que l'acquéreur payait Cash. Du Cash, du Cash....

 

Le raliement de l'équipe menée par Jean Roméo va-t'il se payer Cash par l'attribution d'un poste d'adjoint au prochain conseil du 4 Avril , comme il est stipulé à l'ordre du jour? En tout cas, le délai de réflexion semble avoir été réduit à sa plus simple expression: une belle acquisition d'une assiette non foncière à moindre coût. On se régale déjà!!

En tout cas, pas de cache-cache...

Le maire n'est peut-être pas content, mais paie comptant.

 

En sa qualité d'ex directeur d'une filiale de Saint-Gobain", il va sans aucun doute ramener de la rigueur dans la gestion de la ville et cela nous permettra d'avoir un bon interlocuteur sensibilié au "Cash Flow" en remplacement du "Cash Flou".

 

A suivre...

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 25 Mars 2011

La non publication sur Internet des articles relatifs à la tenue du dernier conseil municipal semble apporter une réponse supplémentaire à la question posée.

Et dire que l'on moque les pays où l'information est muselée et dans les seules mains des hommes au pouvoir, pour la plupart des non démocrates, voire des tyrans.

Et nous osons leur faire la leçon !!!

Le dernier Conseil Municipal a fait l'objet de presque une demi page dans le quotidien papier.. Habituellement ces écrits sont doublés d'une publication sur le site Internet du journal et cette fois que nenni.

Christophe Barbier, directeur de la publication de l'Express, ne dit-il pas que l'arrivée d'internet bouscule les fondamentaux de l'information et que maintenant l'information est à partager entre plusieurs supports ! L'Indépendant joue la censure ou "un petit problème informatique a empêché la diffusion de la version électronique" Lol !!!

 

Et ce n'est pas la diffusion sur le site du Midi Libre qui fera illusion : on tremble de voir les commentaires s'étaler sur le département ?

 

 

Merci à L'Indépendant de ne pas diffuser les articles de Saint-Cyprien qui restera cantonné à la gloire de Super Mamie.

 

Il faudra se défendre Becque et Ongles.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 24 Mars 2011

Il est étonnant que ces deux articles ne se retrouvent pas sur l'INDEPENDANT ... mais peut-être demain ??

 

Roméo et De Sars rejoignent la majorité ==<ICI>==

Orientation budgétaire 2011 : pas d'augmentation des taxes ==<ICI>==

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 23 Mars 2011

En attendant les vidéos, le conseil d'hier soir a permis de :

  • lever le rideau d'entrée, avec des journalistes appelés à la rescousse dans l'après-midi pour un évènement majeur.
  • lever le voile et des ambiguïtés, si tant est qu'elles aient existées .... En effet, nous ne sommes plus au temps de la campagne électorale où les équipes en lice attaquaient parfois les individus et non les programmes avec une détermination forte. Il est bien souvent, et en particulier à Saint-Cyprien, très facile d'attaquer les individus, peut-être que le combat des idées est-il trop ardu ? Se parler est-il trop difficile ? M Poisson, agent de la commune et non un élu, regrettait de m'avoir adressé la parole hier soir. De quel droit peut-il se le permettre, sa légitimité ne vient que de son contrat de travail au service de la commune : il n'est pas membre de cabinet, à moins que ???
  • lever une partie de l'apposition, ce qui ne grandit personne. Dès le début du conseil, il n'y avait que 24 places assises et dès 18heures, le scénario à la Olivier Stirn (rappelez vous des chomeurs payés pour faire la claque) a permis à des partisans de l'équipe municipale d'occuper la première rangée, pas pour défendre des idées, seulement pour défendre des hommes. Un peu Rosse !!!! les élus d'une partie de l'opposition ont donc laissé leurs chaises au profit du public. Heureusement, après 1h30, le docteur, caché dans l'élu, Benkemoun est intervenu pour qu'on donne des sièges aux 10 élus debout. Le faire auparavant aurait grandit l'équipe municipale, mais comme dit M Poisson, "ils l'ont voulu" !!! C'est de la Com !!!
  • lever quelques lièvres sur la vente de l'assiette foncière, communément appelée Le Fourty, vide de toute contrainte pour l'acheteur et dont on se demande pourquoi il s'est adressé dès le début janvier à des occupants fantômes puisque le jour de l'acte, il ne les a pas vus...
  • lever les yeux pour certains alors que d'autres avaient le nez dans la table, sans dessous.
  • lever le ton, pas le thon, avec des volées de bois vert, indiquant que les élus de part et d'autre sont "à cran".
  • lever le coude, en catimini après le lever de séance.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 20 Mars 2011

Tout d'abord, un petit rappel des faits :

Le 8 Juin 2009, le deuxième maire de la commune était interpelé quelques instants avant la séance du Conseil municipal. Les élus majoritaires étaient restés dans la mairie tandis que la population manifestait sur la place de la Mairie.

L'opposition a rejoint la foule et un élu, actuel maire, s'est adressé à la foule en déclarant alors que Me Guiraud, chargée de l'interim du maire, empêché, n'était pas une femme respectable.

 

Voici le passage

 

 

Il avait déclaré qu'il allait s'occuper de son cas !!
Demain, à 14h le tribunal de Perpignan aura l'occasion d'entendre les protagonistes, même si l'un d'entre eux aura sans doute des obligations qui l'empêcheront d'être présent.
Mais , un de ses nombreux confrères sera là, pour le représenter.
Si Saint Cyprien n'est pas une ville de rentiers, c'est quand même une rente pour certains.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 17 Mars 2011

mardi 22 mars à 18h30,

 

date du prochain conseil municipal au cours du quel sera débattu le débat d'orientation budgétaire.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 16 Mars 2011

 

 

Bientôt le printemps, une petite piqûre de rappel utile… non pour prévenir l’arrivée des allergies… mais pour rappeler que Saint-Cyprien rentre dans une période budgétaire importante. Un conseil municipal va devoir être convoqué prochainement. Un rendez-vous citoyen à ne pas sous-estimer et oublier.

 

En théorie

Le vote du budget 2011 (primitif ou unique) est précédé d’une phase préalable constituée par le Débat d’Orientation Budgétaire « DOB », obligatoire pour les communes de 3500 habitants et plus, ainsi que dans les groupements intercommunaux (syndicats, communautés de Communes …) comprenant au moins une commune de 3 500 habitants ou plus.

Le DOB dans les collectivités locales (L 2312-1 et L 2531-1 du Code Général des Collectivités Territoriales), s’effectue dans les conditions fixées par le règlement intérieur prévu à l’article L 2121-8 du CGCT.

 

-Principes : Il permet à la municipalité en place de présenter les grandes tendances du budget primitif aux élus locaux, et par delà aux habitants. Le DOB a pour but de renforcer la démocratie participative en instaurant une discussion au sein de l’assemblée délibérante sur les priorités et les évolutions de la situation financière de la collectivité.

-Organisation : Le budget sera déclaré illégal s’il n’a pas été précédé d’un DOB dans les 2 mois précédant la date de son vote. Le DOB ne doit pas pour autant être organisé trop tôt, car il ne faut pas plus de 2 mois entre la date d’organisation du débat et celle du vote du budget. Un délai supérieur serait d'ailleurs une cause d’annulation du budget.

Nota : le juge administratif a annulé des budgets parce que le DOB avait été organisé le jour ou la veille du vote.

Le DOB doit avoir lieu devant le conseil d'administration des établissements public communaux des communes de 3 500 habitants et plus (art. L 2312-1 du CGCT).

-Contenu : Le DOB porte sur les orientations générales du budget de l'année en cours ainsi que sur les engagements pluriannuels envisagés. Ce débat doit également porter sur l’analyse des résultats de l’année passée.

Une note de synthèse relative aux orientations générales doit être jointe à la convocation de séance et devra être suffisamment précise pour être conforme au droit à l'information des élus locaux. Cette note de synthèse est appelée rapport dans les finances départementales et régionales (L 3312-1 et L 4312-1 du CGCT).

 

En pratique...  le calendrier pour 2010 était le suivant :

Le DOB a eu lieu lors du conseil municipal du 9 mars et le budget a été voté en séance du 13 avril. Souvenons nous que le 9 mars, la neige s'était invitée et qu'il était extrêmement difficile (voire impossible) et dangereux de se déplacer.

 

Pour 2011, nous ne pouvons que souhaiter un environnement propice à la tenue d'un débat aussi important et ne manquerais pas de vous en communiquer la date lorsqu'elle sera connue.

Comparaison n'est pas raison: le DOB de la ville, voisine, Canet en Roussillon a été discuté lors de la séance du conseil municipal du 16 Novembre  2010, oui, 2010... Le budget 2011 a , quant à lui, été voté le 16 décembre 2010.

 

Notre maire qui a déclaré vouloir rompre avec les pratiques du passé (qu'ils mettaient toutes dans le même sac, tout était mauvais, on allait voir ce que lui seul ferait) aurait*il du mal à présenter sa politique budgétaire. Mais que fait l'adjoint aux Finances ? Ah, oui "c'est les fonctionnaires qui font le DOB". Après cela, on s'étonne qu'il n'y ait pas de politique municipale !!! C'est bien la seule mercerie qui résiste .....

 

Le conseiller financier de la mairie, conseiller municipal d'une autre commune, s'excuse auprès des lecteurs de son blog d'être moins présent: en effet, il dit "J’ai simplement une activité professionnelle (le conseil en fiscalité et en finances locales) qui fait que le mois de mars (période budgétaire pour les collectivités locales) est traditionnellement chargé. Et les mois qui vont suivre vont l’être encore davantage pour moi puisque je travaille beaucoup sur des projets de regroupements intercommunaux liés à la réforme des collectivités territoriales et à la réforme de la taxe professionnelle. Ce sont des dossiers tout aussi passionnants que ceux de Grabels, dans un contexte de relations avec les élus autre que celui que je vis avec le maire de Grabels et sa garde rapprochée."

 

S'il s'entend mieux avec notre maire qu'avec le sien, rappelons lui que sa dernière prestation a été courte ... très courte .


 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 10 Mars 2011

Et qui peuvent être traités avec humour, même si l'humour cache bien souvent des vérités ou des situations navrantes. Un internaute nous a adressé une poésie qui mérite qu'on s'y attarde .

 

Poème Moqueur

Il était une fois un pays fort fort lointain

Qui avait pour joli nom Saint-Cyprien.

C’était une bourgade remplie de délices

Qui avait une super police.

A sa tête, un jeune coq aux ergots acérés.

Tout de blanc il se drapait,

Sans doute pour inspirer la bonté

Et aussi la pureté.

Mais la façade, aussi belle soit-elle,

Cachait un esprit retors et machiavel.

Il essayait par tout stratagème de s’imposer

Mais de charisme il manquait.

Un jour, l’occasion à lui se présenta :

Sous un prétexte fallacieux, il ordonna

A quatre agents

D’effectuer une mission au dernier moment.

Les quatre acolytes  lui répondirent sans s’énerver

Que la relève déjà présente s’en chargerait.

Le jeune chef eut son ego ballotté, brisé

Par tant de hardiesse et de férocité,

Et, n’écoutant que son courage légendaire,

Se réfugia dans son sanctuaire,

Son bureau.

Là, armé de son stylo,

Il rédigea un véritable réquisitoire,

Cherchant les termes les plus blessants de son répertoire

Il réclama la révocation.

Sur les quatre trublions,

Il déversa sans vergogne son fiel, sa haine, sa rancœur

Pour leur plus grand malheur.

Leurs familles furent en péril,

A la limite de l’exil.

Mais le méchant n’en eut cure.

Suspendus, traînés dans la boue, ils furent.

Lui se délectait du spectacle, prenant plaisir

A les voir souffrir.

Le Maire alors s’en mêla

Et dans son fief convoqua

L’ensemble du personnel en tenue

Mais le vilain en fut exclu.

Après avoir écouté, analysé,

Le maire les fit quémander

  Aidés en cela par leur syndicat

  Ils furent réintégrés

  On leur retint  3 jours de maintien

  Pour faire plaisir au coquin.

  Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

  Et continuera avec des hommes de loi.

 

Apparemment, cette affaire qui a défrayé la chronique en décembre dernier est loin d'être terminée. Il faut dire que le management de l'opération est révélateur d'une mauvaise tenue de la maison ou d'une volonté délibérée de diviser pour règner. En effet, comment interpréter la convocation des trublions sans la présence de leur chef. Cette attitude permet de jouer sur plusieurs tableaux :

  • je dis aux trublions que je passe l'éponge
  • je dis au chef que je le soutiens

Sinon comment interpréter le malaise qui persiste dans les équipes de la PM? C'est comme à la mairie, qui commande ? Il va encore dire "Mais qu'est-ce qu'ils me font" ?


 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0