Publié le 31 Juillet 2010

Comme c'est bizarre

 

Le figaro consacre un grand article à la sécurité à Perpignan et dans les PO ==<ICI>== et notre quotidien local n'en fait nullement état.

 

Il est vrai que parfois les forces de sécurité se consacrent à  des missions très importantes ==<ICI>== alors qu'elles sont attendues, après appel, le soir et qu'elles ne se présentent pas? ...sans doute par manque de moyens

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2010

Le directeur de cabinet du Maire adresse des mails aux agents communaux et, sans aucun doute à ceux de Sud Roussillon, il nous joue le call center en les appelant personnellement pour leur "proposer" une adhésion à l'UMP: proposition ferme, pas encore musclée mais ce sera sans aucun doute la prochaine fusée.


Cette attitude est proprement scandaleuse: la pression, pour le moment "psychologique" sur des employés n'est pas admissible et rappelle un autre temps où ces pratiques étaient courantes.

 

Il ne fait aucun doute que cette attitude ne manquera pas de plaire aux instances départementales et aux instances nationales: A Saint-Cyprien, les choses se font encore dans l'élégance..

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2010

 

 

La politique "politicienne" subit beaucoup de coups de boutoir depuis un certain temps. Ce sujet est bien loin de se limiter aux enjeux nationaux et nous avons, nous aussi, nos petites affaires et les élus ont beaucoup de chemin à faire pour reconquérir l'attention (je n'ose parler d'estime) de la population.

Cette population, ingrate, qui n'y comprend rien et qui est repésentée par des élus sortis des urnes.

Sauf que ...

Un des élus actuels fait l'objet de nombreuses discussions de comptoir, de nombreuses allégations et pourtant, c'est l'élu invisible !!

Monsieur Mazurek n'a assisté qu'à 2 conseils municipaux; celui, furtif, de l'élection du Maire et le suivant du 13 Octobre et, depuis, c'est l'arlésienne!!

Après avoir fait dissidence, avec le groupe Pugnace, il s'est ralié de manière inconditionnelle (selon le Maire) au Maire sans aucune explication ou plutôt en n'essayant pas de contercarrer les bruits divers sur les motivations de son revirement: il est vrai qu'être un professionnel dont l'activité dépend de la mairie peut poser problème. Nous nous en offusquerions peut-être, mais non. Car la situation aurait été la même si cet élu était resté dans l'équipe municipale: aurait-il été suffisamment lucide pour se préserver d'avantages ou comment pensait-il exercer sa fonction?

Nous n'en savons rien et peu importe.

  • Fustiger un élu qui prétend nous représenter au conseil et qui est, en permanence absent, ce n'est pas bien. Mais ce n'est pas bien que l'élu n'ait pas fait un minimum d'efforts pour assister au conseil, même celui du 13 novembre. Ce serait une marque de respect de la population.
  • Fustiger un élu qui se dit dissident et qui prend le vent à la première occasion, ce n'est pas bien. Mais un peu plus de discernement aurait été apprécié. Ce serait une marque de respect de la population.
  • Fustiger un élu qui s'est rallié à une équipe qui, avec un grand retentissement, a rompu avec le Maire, est un acte fort. Mais se dégonfler et sans justification aussi vite est pitoyable. C'est un manque de respect de la population.

 

Que les "bien-pensants" ne cherchent pas les raisons qui amènent un élu à ces changements d'attitude est étonnant. Seuls la gamelle,les honneurs, le sable fin, le catalan, les études seraient leurs préoccupations et pour le reste, ils préféreraient ne rien savoir? Ils oublieraient également la démission, tout aussi fracassante, de Me Arnault, démission qui a été précédée et suivie de bruits ?

 

Les bien-pensants réfléchissent-ils? Ne pas savoir, n'était-ce pas ce qui était reproché à d'anciens élus?

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2010

 

Le Conseil Municipal du 6 juillet avait à traiter du tableau des effectifs. Au départ de la discussion, M Figueras, dont il faut se souvenir qu'il est chargé des Ressources Humaines, présente les modifications au tableau des effectifs. A une demande de l'opposition sur le nombre de postes aujourd'hui vacants, M Figueras répond 2 ou 3. Il s'en suit un questionnement poste à poste sur les vacances et le Maire doit intervenir (sans doute pense-t'il mieux maitriser la situation) et en quelques minutes nous dépassons la dizaine et non 2 ou3 !!Nous ne sommes pas à cela près. Nous avons des dettes mais tout le monde peut se tromper sur les emplois occupés!

Me Guiraud égrène une liste de nouveaux arrivés en liens de parentés avec des élus: elle annonce un ACMO parent de Mme Pineau, au squat, un remplaçant (le frère de Mme Donnezan) de l'agent qui part en retraite, un maçon, cousin de Mr Lopez, un parent de Mme Guichard à l'OT, de Mme Delory, un beau frère de M Sirvente qui nie à plusieurs reprises… Bref un grand déballage devant une équipe embarrassée, gênée et les dénégations formelles de certains démontrent leur aptitude au mensonge: de grands enfants incapables d'assumer!!! Nous avons les preuves formelles de ces mensonges!

Pauvres enfants, heureusement bien incapables de corriger leurs enfants s'ils mentent et maintenant aussi fautifs qu'eux !! Papa, toi aussi, tu mens!

M Figueras fait état de recrutement de personnes de la liste de Mme Guiraud et de Mme Sadourny pour des emplois saisonniers. Cette dernière s'en étrangle car le cas de M Clevy, reçu par M Figueras est évoqué: Mme Sadourny dénonce une méthode de dénigrement.

Le maire conseille à M Clévy de se présenter sur une liste (bonjour la méthode de recrutement): pauvre maire, M Clévy était sans aucun doute un trop petit pour qu'il se soit aperçu qu'il était sur une liste aux dernières élections!!

Marie Pierre Sadourny-Gomez demande à M Figueras de lui faire connaître le nom des personnes de sa liste qui ont été embauchées pour cet été et critique le manque de considération porté par M Figueras à la candidature de M Clévy.

Le Maire intervient :"Par contre, Madame Sadourny, que vous veniez donner des leçons de morale en matière d'embauche, vous qui travailliez dans le privé et qui avez utilisé vos relations politiques pour être embauchée …..Des preuves, M le Maire, des allégations, mais des preuves, il n'y en a point....et qu'est-ce que ceci vient faire en plein conseil municipal!! On est au ras des paquerettes.

Madame Sadourny répond "Monsieur Del Poso, à la différence de vous, ma vie est toute transparente. Que vous prétendiez savoir ma vie professionnelle, écoutez, quand on commet autant d'erreurs, quand on fait autant d'erreurs, on se tait. Je voudrais vous rappeler, Monsieur Del Poso, que vous êtes maire d'une commune de 10 000 habitants et que vous êtes loin d'avoir la tenue qui va avec !"

Le Maire répond

"Madame Sadourny, pour rester au niveau et pouvoir amuser la galerie, si je vous disais également qu'il faut que vous fassiez beaucoup d'efforts pour occuper ce poste". Nous apprécions l'expérience de l'édile à sa juste valeur: il a vite appris et devient la référence, le sachant (lui, il connait les qualités requises), il est même le point zéro d'un repère orthonormé.

Nous voyons tout de suite que, si nos bien-pensants continuent à s'offusquer des expressions du public et de l'opposition, ces mêmes bien-pensants sont bien incapables d'évaluer le niveau des réponses, ou plutôt des attaques avilissantes qui sont lancées, notamment sur la sphère privée de Marie Pierre Sadourny (à d'autres moments, c'est Claudette Guiraud qui se "fait faire" la leçon). Une règle est intangible: l'humiliation, la vindicte, les mots qu'on ne maîtrise pas.

 

Que les "bien-pensants" ne s'y trompent pas. Sont-ils toujours aussi à l'aise avec leurs valeurs humanistes et de coeur devant la violence de tels échanges? Le drap dans lequel vous vous drapez ressemble de plus en plus à un linceul, voire un l'un seul. La quadrature du cercle a été longuement étudiée, vous n'y avez aucun avenir.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 19 Juillet 2010

On ne peut pas dire que le respect soit une règle appliquée à Saint-Cyprien.

Il est régulièrement reproché, notamment au public présent lors des conseils municipaux de se moquer des attitudes et expressions de certains élus. Bien évidemment les hommes de coeur ne peuvent que se révolter et ils ont bien raison.

  • Fustiger un élu qui lit son texte, pour la première fois et qui donc accroche sur certains mots, devant l'assemblée, ce n'est pas bien. Mais ce n'est pas bien que l'élu n'ait pas fait l'effort de mieux assimiler son texte en se l'appropriant bien avant le conseil. Mais parfois, il le découvre dans son dossier. Ce serait une marque de respect de la population.
  • Fustiger un élu qui dit qu'on dit qu'ils sont tous incompétents, ce n'est pas bien et en plus ce n'est pas vrai. Mais combien ont suivi les formations utiles pour mieux dominer leurs sujets ? Aucun : ils les dominent par essence ? Ce serait une marque de respect de la population.
  • Fustiger un élu qui récite du Hubert Falco, ce n'est pas bien. Mais être le premier de la classe demande du travail. Ce serait une marque de respect de la population.
  • Fustiger un élu qui griffonne un "Vas te faire foutre", ce n'est pas bien et cela montre qu'il s'ennuie fortement pendant les conseils. Et s'ils suivaient tous au lieu de bailler et même parfois s'endormir ? Les coups de coude des voisins sont risibles. Ce serait une marque de respect de la population.

D'autres exemples suivront.


Que les "bien-pensants" ne s'y trompent pas. En se retranchant derrière leurs arguments, ils ne font pas illusion et les qualités humanistes et de coeur dans lesquelles ils veulent se draper ne trompent qu'eux-mêmes.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 17 Juillet 2010


L'INDEPENDANT


La fête foraine inaugurée  ==<ICI>==

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2010

Ce 14 Juillet 2010 est une fête nationale et donne l'occasion à bien des élus de faire de petites déclarations.

Contrairement à ce qui a été dit ce matin par notre Maire, le 14 juillet ne marque pas la prise de la Bastille et ne retrace pas les épisodes sanglants du 14 Juillet 1789. Qui voudrait commémorer une journée aussi sanglante ?


En fait, le 14 Juillet est fêté depuis le 14 juillet 1880, grâce à une loi votée au Sénat en Juin 1880.


Le 14 Juillet fêté est le 14 Juillet 1790 (et non 1789), c'est la journée d'une manifestation qui a lieu sur le Champ de Mars , bordé pour l'occasion par deux monticules de terre, élevés pour accueillir 400 000 spectateurs. Ces deux monticules subsisteront jusqu’au Second Empire. En travers de la Seine, un pont de bateaux est dressé qui mène à un autel destiné aux prestations de serments. La nouvelle école militaire accueille, elle, les membres de l'Assemblée nationale et la famille royale.

 

La célébration débute dès 4 heures du matin, sous une pluie battante.

Elle regroupe 14 000 fédérés venus de province, rangés par départements sous 83 bannières, partent de l’emplacement de la Bastille, empruntent les rues Saint-Antoine, Saint-Denis, Saint-Honoré et se rendent par le Cours-La-Reine par le pont de bateaux qui leur permet d’accéder au Champ de Mars.

Cette manifestation est clôturée par une grande fête populaire. C'est cette fête qui est  le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. 


Les documentalistes et chargés d'information et de communication de la mairie auraient dû donner ces éléments à notre Maire.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 9 Juillet 2010

 

La question de la constitution de partie civile de la commune a fait débat depuis le 18 décembre 2008, à l’initiative de l’opposant Thierry Del Poso alors que, rappelons-le, le seul Maire Jacques Bouille venait d’être mis en examen.

A partir de cet instant, nous sommes rentrés dans une période de politique politicienne où, pour montrer qu’on existe, pour faire croire qu’on agit, qu’on en a , on fait plaisir au bon peuple qui n’attend que le sang. Et bien sur, on va remettre de l’ordre, on va en faire tout un programme.

Comme diraient les politiques actuels, englués dans des affaires, il faut mettre en place des éléments de langage, ce qui signifie qu’on distribue à tous ses amis, les mots qu’il faut dire. Il y a quelques temps, on appelait cela moins pudiquement la doctrine, le slogan, la leçon à apprendre et à réciter. Tout opposant est démagogue et fasciste, bien sûr.

Cette stratégie a été mise en place durant la campagne : martellements de « je vais agir, je vais tout changer…, MOI »

Sur cette première question de l’ordre du jour du conseil municipal, nous avons assisté à une pièce de guignol. Pour faire court, le Maire demande au conseil de valider (était-ce bien utile vu la médiocrité de l’acte en lui-même) sa demande (du 25 Janvier) auprès d’un cabinet d’avocat de voir la possibilité, si possible, que la commune se constitue (éventuellement, peut-être) partie civile.

Les débats sont instructifs par contre.

Le Maire ne se portera partie civile que lors de la clôture de l’instruction. La messe est dite : il ne fera rien !!

Fidèle à sa grande clarté, il nous indique qu’il dispose d’un CD-ROM de pièces et sa consultation nécessite du temps. Mais en vertu de quoi dispose-t’il de ce CD-ROM si la commune ne s’est pas portée partie civile ? Quel est son contenu et qui le lui a fourni ?

Il nous a précisé justement que la constitution de partie civile permettait d’avoir accès au dossier et de demander éventuellement au juge des expertises supplémentaires ?

Ainsi, en ne se constituant partie civile qu’à la clôture de l’instruction :

  • Il privera la commune d’expertises supplémentaires, comme il nous l’a dit lui-même,  si la procédure est close
  • Il lui faut expliquer l’origine et les raisons de la détention d’un CD-ROM de pièces qu’il consulte.

Ceci confirme à quel point le vote de la délibération N°1 était inutile. L’ensemble de ses colistiers ont ainsi voté pour que la commune ne se porte pas partie civile. Ils ne pourront pas se prévaloir de la jurisprudence Richard Virenque. Auraient-ils voté à l’insu de leur plein gré ? Dont acte.

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2010

 

L'INDEPENDANT


Brèves de St-Cyp  ==<ICI>==

 

Et n'oubliez pas la représentation ce soir à 19h sur la place du théatre municipal

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0

Publié le 5 Juillet 2010

Au lieu de flâner demain soir, nous vous proposons une représentation en direct, en live comme on dit maintenant.


Un orchestre symphonique vous y attend. Un orchestre est composé de 4 familles d'instruments:


  1. les cordes: vous y trouverez ceux qui y sont acculés car ils ne comprennent pas la partition qui s'y joue
  2. les bois: ceux pour lesquels cela va chauffer
  3. les cuivres: surtout pour celles qui essaient de briller et qui sont bling bling (j'en glousse ...)
  4. les percussions: ceux qui de manière incessante rappellent la loi, la règle

Dans chacune de ces familles, il y a un premier soliste. Je vous laisse le soin d'y coller un nom.


Si la partition est bonne, nous ne serons pas amenés à placer cet orchestre dans la fosse comme à l'opéra. Je n'ai pas dit cul de basse fosse. Rio un peu.


Nous comptons sur son grand chef pour nous faire apprécier son art lyrique.


Compte tenu de l'affluence à cette représentation, vous êtes priés de vous rassembler à 19h, soit une demi-heure avant l'ouverture, sur la place du théatre municipal.


Saute par-dessus la haie, cours-y vite, cours-y vite. Saute par-dessus la haie, cours-y vite. Il a filé ! (Paul Fort)

 

Nous ne les laisserons pas filer, mais resteront-ils jusqu'au bout de la partition? Pierre Fontvieille est resté, lui.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Repost 0