Quand les Chambres s'y mettent ...

Publié le 9 Février 2010

Savoureux ce que dit la Cour des Comptes dans son rapport sur la gestion d'une SEM tenues par des élus de la Ville, en confusion totale avec la gestion de  la Ville. Il faut remarquer que ce rapport est national: encore une bonne pub pour les P-O.


La Cour indique qu'un salaire de Directeur Général des services d'une commune de 2000 à 10000 habitants est de l'ordre de 33000€. Que dire alors du salaire d'un directeur de Grand Stade? ... les majuscules ne justifient pas tout. Au fait, quelles sont les rémunérations de nos 2 DGS Adjoints ?


Vous noterez par ailleurs un passage intéressant sur un cumul illégal d'un employé de la commune: toute ressemblance avec Saint-Cyprien n'est pas fortuite.


Les passages du rapport (page 7)


La SEMETA n’a plus aujourd’hui comme activité que de rémunérer un agent administratif. Ce dernier est également employé par la PROMABA et accessoirement par la commune en tant que régisseur de recettes, ce qui est révélateur de la confusion ambiante. Le cumul de ses rémunérations représente 33 148 € annuels hors charges sociales en 2008, ce qui correspond au traitement d’un directeur général des services d’une commune de 2000 à 10 000 habitants et représente 82 % des dépenses de la société. Par ailleurs, une convention de prestation de service permet à cet agent d’intervenir au bénéfice de la commune qui n’aurait jamais pu assurer un tel traitement à l’intéressé dans le cadre du statut de la fonction publique territoriale. Trois autres employés ayant aujourd’hui quitté la SEM ont également pu bénéficier d’un traitement aussi favorable alors même qu’ils travaillaient en fait pour la commune en tant que responsables des services techniques ou de l’éclairage public.

 

Des dérives comparables ont été constatées à la PROMABA, où par exemple un employé à temps complet de la commune a bénéficié d’un cumul d’emploi irrégulier et d’indemnités supérieures à celles prévues à son contrat. La SEM a par ailleurs accordé de multiples avantages à son personnel tout en utilisant sans titre le personnel communal pour ses propres activités, ce qui démontre une fois de plus la porosité totale entre les structures publiques et privées intervenant sur la commune du Barcarès.

Rédigé par Bernard

Repost 0
Commenter cet article

MA 10/02/2010 09:55


Et pendant ce temps notre préfet s'active sur l'identité nationale.


Lecitoyenbarcaresien 09/02/2010 22:49


Nous allons faire un jumelage de nos deux communes !!!!
Quelle honte !!