Les intouchables...

Publié le 2 Avril 2013

un petit divertissement…

Lors du dernier débat d'orientation budgétaire présenté au conseil municipal, l'adjoint aux finances avait invoqué l'environnement international.

Alors, pour sortir de la politique locale, faisons un petit tour sur l'environnement politique national. Aujourd'hui,tout tourne autour de l'affaire Cahuzac.

Mais, cette affaire en cache bien d'autres, de droite comme de gauche.

Comment pourrait-il en être autrement quand les élus font des discours sur ce qui arrive à nos valeurs et à notre société et qu'après ils nomment à de hautes fonctions les dirigeants qui tenaient la barre du secteur financier qui a manqué à tous ses devoirs.

Et ils auraient bien tort de s'en priver car l'électeur est amnésique. Il est même bien souvent prêt à réélire celui qui a fauté. À tout le moins, il le regrette quelque temps après.

Mais rassurons-nous, ces intouchables ne risquent rien. Dans l'histoire toute récente, un ancien élu, lourdement condamné pour un usage frauduleux de l'argent public, n'a-t-il pas été conseiller à la présidence… De la république ?

Un autre élu, poursuivi pour falsification de listes électorales, se défend depuis 1997, a été condamné en première instance, a été condamné en appel et … part en cassation. Déjà 16 ans qu'il continue à percevoir ses indemnités de député, qu'il va encore continuer à percevoir pendant quelques années et quand il sera condamné (s'il l'est), il sera inéligible pour rien car à son âge, il ne cherchera pas à être réélu. Mais, il bénéficiera d'une retraite correspondant à ses années de cotisation, ses années où il a fait durer le plaisir. N'est-ce pas scandaleux ?

Souvent, on entend dire que ces situations ne servent qu'à servir les extrêmes. je n'y crois même pas, les extrêmes apportent rarement des projets construits. En réalité, ces situations desservent la démocratie. Joseph E. Stiglitz ,américain, ne dit-il pas « de plus en plus, et tout particulièrement aux États-Unis, le système politique paraît préférer le principe " un dollar, une voix" au principe " une personne, une voix"».

Au-delà de cela, chacun d'entre nous trouve à critiquer, à accuser de faiblesse une justice qui frappe de jeunes délinquants, mais est-on sûr qu'ils sont les seuls à bénéficier d'un traitement favorable ?

L'avenir ne nous le dira pas, le passé l'a déjà fait.

Rédigé par Bernard

Repost 0
Commenter cet article

la politique est malade 04/04/2013 11:56


Il ne faut pas s'étonner s'il y a de plus en plus d'abstentions : on fait confiance, on croit encore en de certaines valeurs et à la finale on est trahit, par des mensonges, des promesses non
tenues.

Bernard 04/04/2013 12:46



Et parfois certains tout proches....


on peut se poser des questions sur leurs motivations initiales


 


 


 



Disaro 04/04/2013 08:48


Bonjour à toutes et à tous.


Je pense que vous serez nombreux à signer


 


www.change.org/fr/p%C3%A9titions/pr%C3%A...3%A9lus-exemplaires#

Chassons les miasmes putrides 03/04/2013 09:28


Bravo Bernard!


Tout cela est clairement dit.


Retroussons nos manches et faisons un grand nettoyage au printemps 2014.


Cette lutte dure depuis trop longtemps, les honnêtes gens révoltés sont bloqués par des coups de freins inexplicables... ou trop explicables.


Chassons les étiquettes politiques ( et leurs dérives honteuses ) de notre vie locale, rassemblons ceux pour qui l'intérêt général passe avant les portefeuilles particuliers.


COURAGE, LE VENT VA TOURNER ET UNE BELLE VAGUE PURIFICATRICE VA NETTOYER NOTRE VILLE !!!