Conseil du 26 Janvier 2017: On garde la maitrise de son urbanisation

Publié le 6 Février 2017

Lors de cette partie du conseil, il s'agissait de voter le

Refus de transfert automatique de la compétence urbanisme réglementaire à la Communauté des Communes Sud Roussillon

A la question posée du pourquoi du refus du transfert, de nombreuses réponses ont été données et, pour une fois, une discussion s'est engagée et a permis d'éclaircir certaines idées qui, pour certaines, étaient bien souterraines mais pas inattendues compte tenu du passé politique de certains membres du conseil.

En effet, on y apprend que notre maire veut maitriser la politique d'urbanisation de la Ville (louable en soi) et ne veut surtout pas que cette compétence parte à SUD ROUSSILLON car cela signifierait la perte de la main sur ce sujet. Compte tenu de la géographie administrative locale, le maire étant le Président de Sud Roussillon, cette remarque porte peu pour SAINT CYPRIEN, mais elle porte surtout sur les autres communes qui ne voudraient pas que le Président de Sud Roussillon (c'est qui ?) leur impose .... Donc cet argument ne tient pas pour Saint Cyprien.

Le maire ne veut pas de logements sociaux, autres que ceux qu'il maitrise et ne veut pas accueillir toute la misère qui vient d'ailleurs. Dit ainsi, qui ne pourrait pas être d'accord ? Vous verrez plus tard que la politique sociale vue par le maire est limitée aux Jardins d'Anaïs et au Nouveau Logis : il oublie sans doute les récompensés par des logements communaux, à très bas prix  ou, quand ils font partie de l'organigramme municipal, des logés dans des maisons à loyer modéré  mais chut, pas de bruit, allégeance...).

Notre maire ne respectera pas la loi qui vise à atteindre un certain niveau de logements sociaux, et cela ne gêne pas grand monde au conseil. C'est pourtant très caricatural et stigmatisant. Un jeune qui travaille et qui a peu de revenus ira donc ailleurs

Non, bien sûr mais ce sera au cas par cas,

Oui qui par qui ?

Je rassure tous ceux qui ont des terrains dont ils espèrent un jour moulte monnaie : le maire ira jusqu'à les classer tous en terre agricole pour ne pas avoir à remplir les objectifs de la loi SRU.

C'est le Préfet qui va être content de voir un élu qui affirme avec autant d'assurance qu'il n'appliquera pas la loi...

 

 

 

 

 

Rédigé par Bernard

Repost 0
Commenter cet article