Un conseil ? En veut on?

Publié le 18 Juillet 2016

Jeudi prochain, à 18 heures, aura lieu un nouveau conseil municipal. Un conseil municipal de réitération, réitération, réitération.

On a déjà bien réitéré en 2014.

Déjà par 2 fois, la vente du Camping "Al Fourty" a été annulée par la justice et aujourd'hui "Le Méditerranée" est redevenu "Le Fourty" et Serge Ambroise doit se dire que son acquisition est un cadeau empoisonné qu'il s'est fait et à sa famille, mais à qui la faute?

Evidemment, c'est la faute aux empêcheurs de tourner en rond, mais cela ne tourne vraiment pas rond si la justice, par 2 fois, a annulé la vente.

Un petit rappel : le Maire a vendu un terrain nu, sans constructions, sans bengalos. Même le notaire a pris des précautions toutes particulières lors de la vente. C'était déjà exceptionnel. Depuis ce ne sont que des mesures d'intimidation, de tentatives d'expulsion, de répétition.

Jeudi , on réitère et nul doute que, pour la suite, on réitèrera quand on se réfère aux éléments fournis dans le dossier qui comporte beaucoup de verbiages sur les requêtes en autorisation de plaider rejetées mais ce n'est que de la poudre aux yeux.

Par 2 fois la vente a été annulée, c'est un fait.

En fait, c'est le grand bazard.

On se retrouve dans une situation comparable à celle du climat national où beaucoup de membres de l'opposition nationale actuelle proposent des actions de protection des citoyens qu'ils ont bien été et, éventuellement seront, bien en mal de mettre en oeuvre en cas de retour au pouvoir. C'est cette situation que vivent aujourd'hui les membres au pouvoir : entre le dire et le faire, il y a un gouffre que peu d'élus sont bien incapables de franchir.

Beaucoup de verbiage, bien peu d'actions car c'est là que le bât blesse les électeurs. Combien de citoyens seraient capables d'accepter une perte de liberté pour protéger leurs voisins ou eux-mêmes? La cohésion nationale résiste peu de temps et la répétition des évènements terroristes concomitante avec des primaires pousse à l'extrême.

Notre maire s'émeut, à juste titre, le 14 Juillet de la mort de pompiers, se glorifie le 16 Juillet du spectacle à BARCARES, mais pas un mot sur NICE, entre les 2 évènements. Pour Charlie, en sa qualité de défenseur de la liberté d'expression (je m'étrangle), il y avait même eu un article dans Ouillade. Un article bien conçu et d'un niveau de bien meilleure qualité que celui des nouvelles recrues, au langage parfois cru et à l'orthographe incertaine.

En tout cas, jeudi, les troupes seront rameutées, comme si il y avait eu une tentative de putsch: la démocratie vaincra!!! Un casque peut être un signe extérieur de protection ... contre les baffes.

Au fait, c'est quoi la démocratie ? Un électeur, une voix ou comme dit un écrivain américain, un dollar une voix?

 

 

 

Rédigé par Bernard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

botella éric 19/07/2016 00:42

le notaire avait meme noté sur l'acte le relogement de Monsieur TRAISSAC Emile. mais bon, tout le monde s'en foutait. ce soir j'ai une pensée pour lui.

Bernard 19/07/2016 06:43

Effectivement, il y a eu aussi cette conséquence dramatique. Merci de penser à lui