Dérision, tu nous tiens

Publié le 23 Mars 2016

Les évènements qui ont touché la France et la Belgique nous montrent à quel point notre société ne sait plus où se situent les enjeux importants pour sa survie.

Que le combat local, misérable dans son contenu, dans ses méthodes, dans ses fondamentaux qui favorisent le clientélisme, est devenu insipide et sans enjeux.

La tentation est de faire du clientélisme, de promettre dans la campagne alors que chacun des électeurs sait pertinemment que les promesses ne seront pas tenues. Que chacun se regarde.

Le pouvoir national, incapable, lui aussi, de tenir une ligne a toujours tendance de céder au mirage de la décentralisation en n'ignorant pas qu'alors il favorisait le clientélisme et la main-mise de certains élus sur les personnes et les moyens à leurs disposition. Alors, le but du jeu est de tout faire pour garder la place: tout l'aéropage local le sait bien, même si beaucoup d'entre eux baissent la tête en public, ...mais parlent en arrière.

Le pire, localement, on critique "les élus à vie" en parlant des nationaux et ...on installe les mêmes sur place.

Pourquoi tous les élus n'auraient-ils pas un permis d'élus à points ? 15 points, élus 15 ans après dehors!! 2 mandats ? D'accord mais 7.5ans et plus tard dehors. On fait bien cela pour le permis de conduire. On peut aussi mettre des radars sur la route des élus, eux qui aiment bien qu'on les flashe.

Alors, restons localement dans les analyses et propositions de bas (ou cas) niveau tout en jouant de la harrange et du mépris.

Que dire d'un maire qui quitte le conseil municipal pendant la discussion sur la politique budgétaire de la ville? Sans premier adjoint (en vacances?), avec un adjoint aux finances muet et un président de séance qui vocifère, menace, dit qu'il ne sait pas (la trouille ??) qui manque de braquet, qui manie le vil brequin.

A t'il offert un arbre à cames à quelqu'un ?

Petite politique, petits personnages.

Ah j'oubliai: la hausse de la fiscalité est due à l'Etat qui baisse ses dotations (on est l'école maternelle!!). La baisse des dotations a contraint la mairie à faire des économies en lançant des appels d'offres. Alors merci à l'Etat, car on aurait pu faire les économies sans cela.

Sans les hausses d'impôts , le Maire menace de fermer la piscine, qui, comme chacun le sait ne dépend pas de la commune: j't'embrouille.

Lors de l'élaboration du budget qui arrivera bientôt, le Maire va nous dire qu'il a du mal à boucler son budget car l'Etat (toujours lui) va augmenter le point d'indice de 1.2% (mais ouf en 2 temps).

Le role d'un élu n'est pas de geindre mais de mettre en musique ce qu'il a proposé. Si le contexte de baisse des dotations n'était pas connu (il était alors bien le seul), on s'inquiète du business plan de la campagne..

C'est encore la faute à l'Etat si la ministre ne signe pas pour la clinique, si le gymnase ne se fait pas, si BATISOLEIL est disparu de la circulation etc

Rédigé par Bernard

Repost 0
Commenter cet article

nageur en goguette 25/03/2016 08:29

La piscine est surtout fréquenté par des personnes n'appartenant mème pas à la communauté de sud-Roussillon, cela ne me dérange pas qu'elle soit fermée l'hiver et ré ouverte ds le printemps, ainsi on la conserve et elle générera moins de frais.Alors, pas de menaces, vu qu'elle est moins fréquentée par les contribuables d'ici et pas d'ailleurs.