Souvenirs .... le lâchage immédiat, et le lynchage ensuite....

Publié le 1 Janvier 2015

Rappelons d'abord, le tumulte de la fin 2008, début 2009.

Le 17 décembre 2008, Jacques Bouille est appréhendé et en garde à vue avant sa mise en examen le 18 décembre 2008. La période de fin d'année permet les échanges au gré des courses et reste propice aux rumeurs. Le traumatisme est perçu par l'ensemble des citoyens de la ville, ville qui est en même temps la cible des médias, toujours férus de choux gras et de papiers à faire.

Et encore, la presse people, n'avait pas l'écho d'aujourd'hui.

Et c'est dès le 5 janvier qu'un comité départemental de l'UMP décide l'exclusion de Jacques Bouille, son premier adjoint annonçant lui-même cette exclusion ... que le siège parisien devra valider bien sûr. Nous verrons bientôt que le Président de l'UMP Départementale doit regretter amèrement certains propos qu'il est bien incapable de tenir aujourd'hui (Certes il n'est déjà plus président de l'UMP locale...).

Ainsi , Pierre Fontvieille annonce l'exclusion de Jacques Bouille de l'UMP dès le début de Janvier 2009. Et au cas où les électeurs et habitants n'auraient pas bien compris il déclare dans l'Indépendant du 14 janvier 2009:

"Un homme peut fauter sans qu'une équipe faute"

Cette affirmation est d'une lâcheté déconcertante et d'un mépris total à l'encontre de celui qu'il a accompagné durant 20 années.Pire, car c'est en étant adjoint aux finances et, accessoirement, premier adjoint, qu'il affirme sa méconnaissance (sic...) du sujet. Nous verrons que même stoïque devant l'adversité, il n'en avait pas les épaules.

Depuis plusieurs mandats, Pierre Fontvieille avait "accompagné" Jacques Bouille, en occupant des postes d'adjoints importants et il ne savait rien. Plus tard, il ira même jusqu'à déclarer aux médias qu'il y avait un bureau, proche de celui de Jacques Bouille, dont personne n'avait la clé, pas même lui et il ne s'en enquis de rien. Et, en plus, il paraissait ravi de le dire. Il n'a rien vu messieurs, mesdames.

Il s'ouvre une période à la Cahuzac

Je n'ai pas, et je n'ai jamais vu un compte étrange, ni maintenant, ni avant,

mesdames et messieurs les électeurs et juges

Et il est loin d'être le seul. Les cartes du parti, avec incitation dès la standardiste, provenant de Saint Cyprien étaient nombreuses et livrées en valise. l'UMP locale déclarait:

Je n'ai pas, et je n'ai jamais vu de comptes étranges, ni maintenant, ni avant

Nous verrons plus tard la suite du lynchage...

 

Rédigé par Bernard

Repost 0
Commenter cet article