l'UMP lynche au travers de sa Mach ine....

Publié le 5 Janvier 2015

Dans les jours qui ont suivi l'éviction de Jacques Bouille de l'UMP, la machine à broyer se met en place avec fracas. Le président de l'UMP Départementale déclare (La semaine du Roussillon, avec les fautes) et alors qu'il l'a rencontré peu de temps auparavant:

"Ce qui est sûr c'est que ce vote représenté la volonté des militants de travailler dans un espace clair, clairvoyant et de se débarrasser de ce qui n'est pas ce pour quoi nous faisons de la politique. Je n'ai pas envie de parler de l'aspect juridique ou humain des choses, mais uniquement politique. Je ne suis pas juge. Nous n'avons pas à présumer de sa culpabilité. Mais on a des comptes à rendre en tant que parlementaires et responsables de l'UMP. On a donc essayé de rendre ces comptes en disant que nous ne voulons pas travailler dans ces conditions. Nous avons voulu réagir immédiatement. J'aimerais que d'autres partis s'en inspirent, pour rendre la politique plus propre. Je pense au PC avec l'affaire de Mr Garcia dont personne ne parle. J'aimerais que le PS s'en inspire également... Ces mêmes personnes qui tout le long de la journée essaient de nous donner des leçons. Ce n'est pas facile ce qu'on a fait, mais il fallait protéger les militants"

On y retrouve des leurres pour détourner l'attention sur d'autres, on donne la leçon et on reproche aux autres de le faire, mais on donne la leçon quand même.

On y retrouve de la langue de bois "Nous n'avons pas à présumer de sa culpabilité" mais, plus loin "il fallait protéger les militants". Diantre, les militants vivaient dangereusement!!! Que Dire aujourd'hui ?

A la question de comment vivent les militants, Daniel Mach en rajoute une couche "Ils sont soulagés. Et ils se sentent protégés par leur parti. " Récemment, avec l'affaire Bygmalion, les militants ont dû être rassurés et se sentir protégés!!!!

A la question "que ferez vous si l'UMP nationale ne vous suit pas , Daniel Mach, le tout puissant Président de l'UMP Locale rétorque "S'ils ne nous suivent pas, ils changeront de président et de secrétaire au niveau départemental. Je ne resterai pas dans un tel parti. Je considère que ce sont des partenaires et pas des adversaires. Ce sont des décisions graves et courageuses qui ont été prises et je ne vois pas pourquoi ils ne nous suivraient pas".

Jacques Bouille est non seulement lâché, lui qui a apporté beaucoup à son parti, mais le coup de grâce est donné: Daniel Mach se sacrifiera s'il n'est pas suivi.Il savait que le risque était inexistant: Jacques Bouille, en prison, qui irait plaider sa cause ?

Si l'histoire n'est pas amusante, on peut imaginer rétrospectivement ce que le "donneur de leçon" de l'époque, l'homme de vertu, l'homme entier, protecteur des militants, l'homme de conviction aurait dit sur les méthodes de financement d'une campagne électorale récemment assumées par d'importants dirigeants de l'UMP. La leçon qu'il donne au PS doit d'abord s'appliquer à lui-même.

Le nouveau président de l'UMP départementale est, lui aussi, bien muet....Il faut garder son siège..

Mais qu'on ne se méprenne pas, les autres partis ont, aux aussi, leurs charettes.

Lors du décès de Jacques Bouille, les politiques ne pouvaient être absents de la scène médiatique. Dans L'Independant du 25 mai Daniel Mach, encore président départemental de l'UMP déclare "C'est un drame car au-delà de l'affaire judiciaire, c'est une famille qui est touchée de plein fouet. Cette situation pose le problème de la détention prolongée qui l'a affaibli et je crois qu'il faudra que l'on réfléchisse là-dessus". A-t'il réfléchi depuis ?? On en doute.

 

Rédigé par Bernard

Repost 0
Commenter cet article

homme savant 06/01/2015 19:40

"Il fallait protéger les militants" de qui, de quoi? de quel danger?

alzheimer 05/01/2015 18:01

entre le pouvoir et la mémoire...

atao feal 05/01/2015 12:29

Que pense Daniel Mach de la famille Ferrand du Barcarès ?