Souvenirs, souvenirs

Publié le 28 Décembre 2014

Le début de l'année 2015 va devoir se plier au devoir de mémoire et ce, d'autant plus que le procès de Saint Cyprien va se dérouler dans les tout premiers jours de février 2015.

 

Certes, le contexte a beaucoup changé, mais il va peut être aussi être temps de faire certains comptes. Beaucoup de gens ont parlé, tout d'abord localement et , fait parler des personnages en dehors du contexte et dont certains, comme Virenque, ont été dupés à l'insu de leur plein gré.

 

Les donneurs de leçon en tout genre de ces années 2008 et 2009 vont pouvoir méditer. Je n'ai aucun doute sur leurs capacités à s'en sortir: la langue de bois a encore de beaux jours devant elle.

 

Par ailleurs, il apparaît, avec le recul, que l'affaire dite de Saint-Cyprien, a été menée de main de maître par un chef d'orchestre qui était à la barre depuis bien avant Décembre 2008 (même s'il le nie), s'est fait appuyer par des seconds (couteaux): des intérêts divergents peuvent rassembler des individus de carrières diverses.

 

Il n'est pas possible de passer sous silence cette période, d'autant plus que les trahisons en tout genre ont permis de faire "le buzz", traitres de l'époque qui se sont depuis, pour certains, rangés près du pouvoir.

Mais traitres, ils resteront toujours. Seul le maître changera.

 

 

 

Rédigé par Bernard

Repost 0
Commenter cet article

Ozy 01/02/2015 16:57

(merci +correctif)
à Mireille : Le 'fil conducteur' n'est qu'un fil blanc, dont cette affaire a été cousue, pour convenir à des intérêts politiques particuliers.
'Une' vérité judiciaire, confectionnée pour satisfaire des critères pré-établis selon les intérêts de certains privilégiés du pouvoir, ne saurait être 'la' vérité.
Tout comme les ragots, les allégations ou même les convictions personnelles, si subjectives, ne peuvent tenir lieu de preuves. Et sans preuves, réelles, véritables, pas de justice.

Ozy 01/02/2015 11:17

à Mireille : Le "fil conducteur" n'est qu'un fil blanc, dont cette affaire a été cousue, pour convenir à des intérêts politiques particuliers.
"Une" vérité judiciaire, confectionnée pour satisfaire des critères pré-établis selon les intérêts de certains privilégiés du pouvoir, ne saurait être "la" vérité.
Tout comme les ragots, les allégations ou même les convictions personnelles, si subjectives, ne peuvent tenir lieu de preuves. Et sans preuves, réelles, véritables, pas de justice.

MIREILLE 01/01/2015 13:00

Espérons que la "vérité judiciaire" sera rétablie, car il y a tout de même eu un "fil conducteur"?.
il est vrai que tout fût orchestré d'une main de "fer" dans un gant de velours pour être sur le devant de la scène .
Un désastre sans précédent, un drame ayant perdu toute humanité...

citoyen 31/12/2014 19:10

Beaucoup de temps aura passé et on le sait bien la mémoire souvent très sélective aura fait son travail. Quand on voit de quelle manière notre maire actuel oublie certaines promesses électorales, une petite remise à niveau ne pourra lui faire que du bien. Belle pub pour les cantonales !

BOUILLE 30/12/2014 23:38

Ce n'est pas le procès de Saint-Cyprien, c'est le procès de ceux qui vont comparaître. Avec un absent...hélas! Il n'en sortira, tout au plus, qu'une "vérité" judiciaire. Pensez, je vous prie, à tout ce que vous avez, vous-même, fait paraître sur votre blog à cette époque...
Marie-Antoinette BOUILLE

Bernard 30/12/2014 23:44

J'y pense Madame et je peux montrer que beaucoup ont tout fait pour arriver là où ils sont aujourd'hui. Mais les choses doivent être dites. mon expérience acquise du blog fait le tri entre ce que j'écris et les commentaires qui sont passés dans un climat délétaire et empreint de revanche.