Les abonnés absents

Publié le 17 Avril 2014

Tout d'abord, un petit détour sur les pages d'actualité

L'INDEPENDANT

Perpignan: théâtre et absentéisme du personnel municipal au menu de la Cour des comptes ==<ICI>==

Lors du dernier conseil Municipal, Thierry Del Poso a attiré l'attention des élus et des présents dans le public pour faire connaître son instatisfaction devant l'absentéisme du personnel communal.

Vous pensez 630 000€ soit l'équivalent de 25 emplois.

C'est visiblement une découverte pour beaucoup de monde et récente, car jamais un  seul mot dans la campagne sur le sujet. Et c'est une déclaration très populiste quand elle est annoncée comme cela: cela fait toujours plaisir d'entendre qu'il y a des abus dans le public.

Et pourtant, il faut en chercher les raisons de cette découverte bien tardive. Elle ne peut résulter de la seule dernière année.

  • Est ce un résultat chronique et, alors, pourquoi a t'il fallu 5 ans pour le découvrir ?
  • Est ce le résultat d'un management déficient durant les années précédentes et qui aurait généré cette situation?
  • Quelles sont les mesures à prendre et qui n'auraient pas déjà pu être prises. Dans le privé et parfois dans le public (il suffit dans ce dernier cas d'avoir une volonté), il existe des mesures réglementées qui ne demandent qu'à être activées.

Nous avions déjà bien compris qu'il y avait un problème tant nous avons vu, pendant la campagne, combien l'entretien des espaces verts avait été soigné. Je ne parle que de ce sujet car il est immédiatement visible par tous. Sans doute les personnels ont ils décidé de se mettre au vert pour éviter les mesures de rétortion.

Un petit plus : on en déduit que presque 10% des personnels de la commune sont absents. Combien à Sud Roussillon ?

 

 

Rédigé par Bernard

Repost 0
Commenter cet article

les yeux en face des trous 19/04/2014 06:04

Trop de directeurs de ceci et de cela, qui sont inoccupés à ! trop de chefs de service, trop de chefaillons !
Trop d'employés qui font leurs petites courses pendant le boulot:
je ne vais pas donner de noms, si ils lisent ils se reconnaîtront: chacun peut voir comme moi les camions de la ville garés devant les banques, à la boulangerie, au Simply .
J'en ai même vu 1 faire sa "provision" de bandes dessinées à la médiathèque et attendre que le camion de la ville le récupère;
Une autre va quasi-quotidiennement à l'ancien G20, pas loin de son outil de travail.
Tout ce petit monde, pour la plupart ne vit pas à stcyp, mais dans les villages environnants et ne sont redevables d'aucun impôt foncier et gagne leur "crôute" ici et se coulent douce.